01 Avr Métis

 Les questions d’interculturalité et des migrations au cœur de nos actions

Depuis de nombreuses années, les Centres de Jeunes (CJ) s’adressent à un public multiculturel et/ou favorisent la rencontre entre jeunes issus de différentes cultures. Aujourd’hui, dans un contexte de polarisation d’une société post-attentat, sur fond de crise de l’asile, ce travail de rencontre est plus que jamais essentiel.

Depuis 2017, la FMJ a développé un axe de travail particulier consacré à cet enjeu : «MÉTIS».

Bouton_former
Bouton_accompagner
Bouton_action_collective
bouton_réseau
bouton_parole
bouton_valise_peda

Métis, en quelques mots

Un peu partout en Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB), les CJ accueillent parmi leur public de façon spontanée, non sans difficultés, les jeunes issus des vagues d’immigrations successives qui se sont installés dans les quartiers, dans les communes, au fur et à mesure des catastrophes, des crises économiques, des dictatures, des guerres à travers le monde.

Chaque vague a entraîné, pour les équipes d’animation, un travail d’ajustement, d’écoute, de réflexion sur les bases du vivre-ensemble et du dialogue interculturel entre les publics autochtones et les publics primo-arrivants. Si l’accueil de ces publics issus de parcours migratoires était surtout mené dans les CJ urbains, la création depuis les années 90 de centres d’accueil pour demandeurs d’asile, principalement situés en milieu rural, a amené d’autres CJ à pratiquer les mêmes démarches.

Sous une étiquette «publics primo-arrivants», il existe une multitude de profils, de réalités, de parcours mais également de statuts. Les CJ accueillent ces jeunes qui poussent les portes des accueils. Ils mettent en place des dispositifs qui permettent aux publics de se rencontrer, de se croiser, de vivre ensemble au sein des CJ.

Avec ses membres et ses partenaires, la FMJ s’est investie pour porter cet enjeu d’accueil pour tous. Le projet Jeunesse Nomade ou encore le festival Ceci n’est pas un jeune en sont deux exemples récents. Au fil des projets menés, l’importance de l’enjeu s’est affirmée. Il est urgent d’œuvrer ensemble à une société inclusive, égalitaire et solidaire. Il est urgent de faire vivre aux jeunes la rencontre interculturelle. Il est urgent de renforcer les professionnels qui poursuivent ces objectifs.

À travers Métis, la FMJ propose à ses membres de travailler:
  • Une dimension politique: s’inscrire dans le mouvement pour la justice migratoire et de l’antiracisme pour soutenir un projet de société ouvert à tous, par la mise en place de moments de construction collective, de réflexion et d’analyse avec les jeunes et des intervenants externes à notre réseau afin de faire remonter la parole des jeunes vers la sphère politique.
  • Une dimension mise en projet/action: initier et porter des projets pour et par les jeunes des associations membres avec des jeunes migrants et/ou sur la thématique des migrations. Soutenir les Centres de Jeunes par l’accompagnement au diagnostic, à la conception et à l’animation de leur projet multiculturel et artistique.
  • Une dimension formative: former et outiller les professionnels du secteur jeunesse pour leur permettre de travailler l’interculturalité au jour le jour avec leurs jeunes, quel que soit le contexte dans lequel ils évoluent. Proposer des supports pédagogiques, des temps d’échange entre professionnels et des accompagnements individualisés des équipes en projet.
  • Une dimension mise en réseau: favoriser les rencontres, échanges et mutualisations entre Centres de Jeunes. Favoriser les collaborations entre les CJ et le secteur de l’accueil des demandeurs d’asile (Centres Croix-Rouge, Fedasil, …) ainsi que d’autres secteurs (culturel, éducation permanente, aide à la jeunesse, …).
No Comments

Post A Comment