16 Oct SWAP #6 et encore… «Femmes & Guerres», un documentaire réalisé par cinq jeunes de la MJ de Virton

SWAP #6 et encore...

En juin dernier, nous sommes allés à la rencontre de ces jeunes à l’occasion de la diffusion de ce documentaire à travers lequel ils se penchent sur la place et le rôle des femmes dans le contexte de la Seconde Guerre Mondiale… Un sujet en complète résonnance avec notre Swap#6 !

«FEMMES & GUERRES»

Un documentaire réalisé par cinq jeunes de la MJ de Virton

Par Laetitia Cirrincione

Le lundi 10 juin dernier était diffusé sur le grand écran du cinéma Patria le documentaire bouleversant «Femmes & Guerres». Les spectateurs présents ont qualifié ce travail de grande qualité, tant sur le son et l’image que son contenu. Celui-ci a été réalisé par cinq jeunes de la Maison de Jeunes de Virton. Durant quinze jours de travail intense, les jeunes ont travaillé à chaque étape du projet.

Ils se sont questionnés sur la thématique de la place des femmes pendant la deuxième guerre mondiale à travers des sujets qui les touchent en particulier. La place et le rôle des femmes pendant cette période difficile sont trop peu souvent mis en avant par rapport à ceux des hommes. Ces apprentis cinéastes ont été plongés en immersion totale dans la vie quotidienne de Jeannine, Jeanne, Jocelyne et Josette. Ils ont fait ressortir les souvenirs précieux qu’elles ont gardé de leur enfance aux côtés de leur maman, des femmes aux multiples facettes.

Ces femmes piliers de leur famille. En restant au village avec les enfants, elles travaillaient jour et nuit afin que leurs enfants ne manquent de rien, le jour dans les champs, le soir à faire des lessives ou du tricot. Enfants à l’époque, femmes et mères aujourd’hui, Jeannine, Jeanne, Jocelyne et Josette sont admiratives de leurs mamans.

Ces femmes croyantes en la Vierge Notre Dame du Bonlieu. La Chapelle a servi de refuge pour les habitants effrayés par les bombardements militaires. Alors qu’une partie des habitations ont été détruites, la Chapelle est restée intacte et il n’y a eu aucune victime à déplorer lors de cette attaque militaire. Aujourd’hui, la foi de Jeannine, Jeanne, Jocelyne et Josette est immuable. Elles continuent à croire en Dieu et en sa protection.

Ces femmes souffrantes du manque d’un proche. L’absence et l’éloignement de leurs proches étaient difficiles à gérer. Petites filles à l’époque, Jeannine, Jeanne, Jocelyne et Josette écrivent chaque jour des lettres à leurs proches et espèrent en avoir en retour. Le contact régulier est un réconfort pour ces familles séparées.

Ces femmes et enfants vivant dans la crainte de la perte d’un être cher. Les pères étaient partis faire la guerre ou étaient emprisonnés. Jeannine, Jeanne, Jocelyne et Josette et leurs mamans vivaient dans la peur de leur mort.

Mais aussi ces femmes optimistes. La vie n’est pas négative même si Jeannine, Jeanne, Jocelyne et Josette ont rencontré des problèmes pendant la guerre. Cette expérience les a renforcées. Elles sont devenues des femmes fortes. Les moments vécus durant cette période n’ont pas tous été négatifs. En effet, elles ont aussi connu des moments teintés de légèreté à travers les jeux, les fêtes telles que la Saint-Nicolas. Elles n’ont pas souffert de la faim contrairement aux enfants qui vivaient en ville.

Ces femmes d’aujourd’hui qui ne comprennent toujours pas comment de tels évènements ont pu avoir lieu. «La Guerre, plus jamais ça!!!». Enfants, elles ne s’attendaient pas cela. Le seul moyen d’information était la radio. Jeannine, Jeanne, Jocelyne et Josette ont été préservées des images d’horreur, contrairement aux jeunes aujourd’hui qui n’en sont plus à l’abri via les médias. Aujourd’hui, elles s’interrogent sur la montée de l’extrême droite au pouvoir, est-ce comparable? Difficile pour ces femmes de se prononcer à ce sujet. Pour les jeunes, les moyens de communication sont plus virulents, plus agressifs en 2019. Ils ne pensent pas qu’une nouvelle guerre est possible. Ils se sentent protégés par la Déclaration des droits de l’Homme. D’ailleurs, laplupart de ces droits ont été reconnus au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Cependant, ils sont généralement reconnus dans les pays démocratiques. Dans certaines zones du globe, la guerre fait partie du quotidien. Des familles y font toujours face lutant chaque jour pour leur survie.

No Comments

Post A Comment